18. Rythmes et découpages

Les rythmes binaires (vous êtes actuellement sur cette unité)

Les rythmes ternaires

Les découpages exceptionnels

Premium - Quizz & Exercices

I. Les rythmes binaires

Vous êtes sur mobile ? Pensez à pivoter l'écran !

Version écrite

Dans cette leçon nous allons voir les différents rythmes qu’on retrouve souvent dans les partitions. Quand on parle de rythme la première question à se poser est la suivante : de quoi s’agit-il exactement ?

Important :

Le rythme c’est avant tout une cadence qu’on peut frapper, ce qui signifie qu’il est par nature indépendant des hauteurs. Dit autrement cela veut dire qu’on peut jouer un rythme sans jouer de notes de musique, c’est-à-dire sans jouer de sons particuliers.

Nous allons faire un tour des principaux rythmes qu’on peut retrouver en binaire. Pour tous les rythmes qui vont suivre on part du principe qu’on est en 4/4.

En 4/4 la ronde vaut 4 temps, ce qui signifie qu'elle se prolonge sur toute la mesure.

Rythme binaire en rondes

La ronde occupe donc les 4 temps de chaque mesure, on rejoue une note sur chaque 1er temps !

La blanche vaut 2 temps, on peut donc en jouer deux par mesure en 4/4

Rythme binaire en blanches

Dans chaque mesure on peut jouer une blanche sur les temps 1-2 et une autre qui commence sur le 3ème temps et dure jusqu'au 1er temps de la mesure suivante.

La noire est la figure la plus simple en 4/4 : comme elle vaut 1 temps on joue une noire à chaque pulsation.

Rythme binaire en noires

Dans une mesure en 4/4 on peut donc jouer 4 noires, chacune occupant 1 temps complet.

La croche est un peu plus particulière : comme elle vaut 1/2 temps en 4/4 on peut en jouer 2 par temps.

Pour bien placer les croches on peut rajouter des "et" entre chaque temps quand on compte. On comptera donc "1 et 2 et 3 et 4 et" en jouant à la fois sur les chiffres et sur les "et".

La double-croche est souvent très rapide : elle vaut 1/4 de temps, on peut donc en jouer 4 par temps.

En doubles-croches il est souvent plus judicieux de ne pas compter les temps mais plutôt les 4 subdivisions du temps. Pour chaque temps on comptera donc "1-2-3-4" !

Le point prolonge de moitié la figure, ce qui veut dire par exemple qu'une blanche pointée vaut 3 temps ou qu'une noire pointée vaut 1,5 temps.

Si on doit jouer des noires pointées le plus simple est de compter comme en croches (avec les "et"). La note dure alors 3 subdivisions, soit le temps de compter "1 et 2" ou encore "et 3 et" (donc 1,5 temps).

La croche pointée suivie d'une double-croche (qu'on appelle "croche pointée double") est un rythme très commun. Il s'agit en quelque sorte de deux croches dont la 1ère est légèrement rallongée et la 2ème légèrement raccourcie.

Le plus simple ici est de compter les subdivisions du temps comme en doubles-croches : on commence sur le 1 et on joue la deuxième note sur le 4 (ce qui fait donc UN deux trois QUATRE) !

Clique sur chaque onglet pour découvrir un rythme !

Il arrive souvent d’être face à des rythmes qu’on ne connaît pas. Il existe alors des techniques pour décomposer tout cela afin d’avoir une vision plus nette de ce qu’il faut jouer. Le premier réflexe à avoir est d’analyser la signature rythmique : combien de temps y a t-il par mesure ? Quelle figure vaut 1 temps ? Est-ce du binaire ou du ternaire ? Les réponses à ces questions vont déjà permettre d’avoir de bons indices sur comment jouer le rythme.

Après cela il va falloir analyser les placements des notes et des silences par rapport aux temps. C’est une étape très importante puisque certaines figures tomberont sur les temps et d’autres non, il est donc primordial de savoir placer correctement les temps pour se repérer.

Voici un exemple de placements des notes « à cheval » entre deux temps :

exemple de placement des notes par rapport aux temps

Généralement chaque groupe de notes correspond à 1 temps mais ce n’est pas une règle absolue !

Quand on est face à un groupe de notes difficile à jouer le plus simple est de le décomposer pour n’avoir que des figures de notes identiques. On va pour cela utiliser des liaisons de prolongation pour avoir les mêmes durées. Cela nous donne au final des groupes de notes composés des mêmes figures, ce qui est beaucoup plus simple pour placer les temps.

Bien sûr cela nécessite d’être à l’aise avec les liaisons de prolongation. Si ce n’est pas le cas n’hésite pas à relire la Leçon 16 !

Note :

Le deuxième exemple a beau être décomposé les deux sonnent exactement pareil ! Le but est juste de pouvoir mieux visualiser les temps.

Bien évidemment nous n’avons vu ici que les rythmes binaires les plus communs mais il en existe évidemment beaucoup d’autres !

Mots importants

Cadence particulière qu’on peut frapper. Le rythme est indépendant des hauteurs.

Placement d’un son par rapport à une échelle. Plus le son est aigu et plus il est haut, plus il est grave et plus il est bas.

Un temps est dit binaire lorsqu’il peut être divisé en deux parties égales, c’est-à-dire lorsqu’il correspond à une figure de note simple.

Un temps est dit ternaire lorsqu’il peut être divisé en trois parties égales, c’est-à-dire lorsqu’il correspond à une figure de note pointée.

Symbole placé après la clé et les altérations à l’armure indiquant le nombre de temps par mesure et la figure de note valant 1 temps.

Unité de mesure des durées en musique.

Découpe régulière de la partition en plusieurs parties contenant sauf indication contraire le même nombre de temps.

Mécanisme permettant d’additionner la durée d’une figure de note à une ou plusieurs autres (les notes n’en forment donc qu’une seule).